Partenaires




Rechercher


Accueil > Productions scientifiques > Ouvrages

Ouvrages publiés de 2006 à 2009

publié le , mis à jour le

Ci-dessous la liste des publications du laboratoire entre 2006 et 2009 :



AGLAE, Marie-Joseph (dir.). Aménagement du territoire et développement durable : les collectivités françaises de l’espace Amazonie-Caraïbe en quête d’un projet territorial. Actes du colloque organisé par le Centre de Recherche sur les pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (2007 ; Schoelcher, Martinique). Paris : Edition Cujas, 2009. ISBN : 978-2-254-10505-2

.

.



MICHALON, Thierry. L’outre-mer français : évolution institutionnelle et affirmations identitaires. Paris : L’Harmattan (coll. GRALE), 2009. ISBN : 978-2-296-07409-5

Les derniers "confettis" de l’empire colonial français demeurent fort mal connus. Jusqu’à 2003, notre droit distinguait implicitement ceux des territoires dont les populations étaient assimilables à la Nation française (départements) et ceux dont elles ne l’étaient pas (territoires). Depuis, cette distinction a laissé place à une palette de statuts issus de négociations entre chacun de ces territoires et la République. L’analyse des situations locales fait pourtant ressortir une réelle homogénéité de ces territoires : dépendance économique et extrême ambiguïté des sentiments envers la France...



DANIEL, Justin (dir.). L’outre-mer à l’épreuve de la décentralisation : nouveaux cadres institutionnels et difficultés d’adaptation. Paris : L’Harmattan (coll. GRALE), 2007. ISBN : 978-2-296-02814-2

.

.

.



PERROT, Danielle (dir.). Les relations ACP / UE après le modèle de Lomé : quel partenariat ? Commission pour l’étude des communautés européennes. Journée nationale d’études (2001 ; Schoelcher, Martinique). Bruxelles : Bruylant (Rencontres européennes), 2007. ISBN : 978-2-8027-2379-0

Le présent ouvrage procède d’une rencontre scientifique, réalisée en tant que Journées Nationales d’Etude de la CEDECE – Association d’Etudes Européennes –, tenue au campus universitaire de Schoelcher, en Martinique, à la suite de la signature de l’Accord de Cotonou et organisée par deux équipes associées au CNRS, le Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC, UMR-CNRS 8053) de l’Université des Antilles et de la Guyane, et le Centre de Recherches Européennes de Rennes (CEDRE, UMR-CNRS 6050), Pôle européen Jean Monnet de l’Université de Rennes I.

La démarche prospective retenue fait ressortir les virtualités de cet Accord qui doit s’appliquer jusqu’en 2020 ; elle évalue, à partir d’une analyse juridique serrée, les éléments de continuité par rapport aux expériences acquises depuis les Conventions de Lomé, et porte une appréciation sur le dépassement du modèle antérieur. Elle souligne aussi les obstacles à la réalisation des objectifs assignés dans cette perspective de réorientation : mieux préparer les Etats ACP à la libéralisation des échanges mondiaux ; mieux promouvoir des valeurs partagées, en vue d’un développement co-responsable.


BOUDINE, Joël. Le régime fiscal des collectivités d’outre-mer. Paris : L’Harmattan (coll. Sociétés et économies insulaires), 2006. 396 p. ISBN : 2-296-00726-0

Cet ouvrage propose une présentation du régime fiscal de l’ensemble des collectivités d’outre-mer, étude comparative devenue indispensable en raison des modifications récentes apportées par la constitution et des possibilités d’évolution statutaire à venir. Nous sommes en présence de trois catégories de collectivités, dont une seule présente une certaine homogénéité de la norme fiscale. Dans les autres cas, l’Etat accepte de transférer, non sans réticence, une part importante de ses prérogatives en la matière, de sorte qu’on pourrait parler de statut fiscal spécifique en leur faveur.



MICHALON, Thierry (dir.). Entre assimilation et émancipation : l’outre-mer français dans l’impasse ? Rennes : Les Perséides, 2006. 522 p. ISBN : 2-915596-21-2

Le présent ouvrage rassemble vingt-six textes en provenance de la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane, la Réunion, la Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie. Leurs auteurs ont accepté de mêler leurs voix sur un thème qui leur est apparu commun à l’ensemble de l’outre-mer français : la cohabitation dans les esprits de sentiments dont la conciliation n’est pas aisée. Si la brutalité de la domination coloniale n’est plus qu’un mauvais souvenir, l’humilitation, elle, perdure, entretenue à la fois par de trop fréquentes attitudes de mépris dont les populations sont, aujourd’hui encore, l’objet, et pour la légitimation qu’elle procure à leur posture de créanciers de la République. Un ressentiment diffus l’accompagne, que certaines situations réveillent, et qu’une large part des élites - politiques, intellectuelles, artistiques - entretient : adossé au sentiment de ne pas faire partie, historiquement, géographiquement et culturellement de la nation française, il nourrit un rêve indistinct d’émancipation.

Face à ce versant, un autre, symétrique. Ces communautés, dans leur complexité, sont fruits de l’aventure coloniale : elles se savent filles de la France, et lui sont attachées à plus d’un titre. Pour les conditions de vie matérielles qu’elle leur procure aujourd’hui, certes, en les maintenant à l’abri des exigences de plus en plus imitoyables de l’économie de marché. Mais aussi par une réelle fierté d’appartenir à la République, cette entité mythique, à la fois distante et proche, hautaine et généreuse, qui a finalement su imposer sur place, aux tenants de l’ordre colonial, cette eacute ;galité de traitement qui a - certes imparfaitement - pansé maintes blessures.

Sur le terrain du droit, de l’histoire et de l’analyse politique et sociale, en intégrant les évolutions les plus récentes - telles que l’apport du droit européen -, et en tirant les conséquences de la consultation (manquée) du 7 décembre 2003, qui proposait la création de collectivités aux pouvoirs renforcés, cet ouvrage montre comment, dans tous ses territoires et départements d’outre-mer, la double aspiration subsiste par rapport à la France : être tout à la fois de plus en plus en "dehors" et de plus en plus "dedans".